Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2017-11-23T10:38:02+01:00

Marie Christine and the turtles

Publié par Estelle Lang Trommenschlager

 

Chers lecteurs, chères lectrices, connaissez-vous Marie-Christine ? Moi, ça ne fait pas longtemps que je l’ai rencontrée, mais sérieusement, je ne peux pas faire autrement que de vous la présenter.

Un jour, Caticorn, ma voisine et super amie, m’a parlé d’une de ses clientes, pas pour rompre le secret professionnel, mais parce que c’est une sœur dans le combat. Une grande sœur, parce qu’elle vit avec le crabe depuis un long moment déjà, et qu’il est autrement plus coriace que le mien. Il y a différentes espèces de crabes, vous savez, enfin on n’est pas là pour parler zoologie. Donc Caticorn me parle de sa cliente, pour me dire qu’elle lui a parlé de moi, de mon blog (oui, celui que vous êtes en train de lire là maintenant tout de suite) et du livre que j’allais publier. Et puis elle l’a invité à notre concert du « krabaret de l’Espoir », qui a eu lieu le 24 septembre.

Notre première rencontre date donc du 24 septembre. A la fin du concert, une dame charmante, cheveux noirs un peu bouclés et courts, vient me féliciter pour notre prestation. Et elle me dit : « je vous connais par Cathy ». Alors moi dans mon entourage je suis envahie par les Cathy(s ?). Caticorn, Cathy F, Cathy D, Catie B, ça s’écrit pas pareil mais on ne l’entend pas au premier coup d’oreille, y a aussi les Katia… Bref, entre l’émotion et la fatigue liées au spectacle, les différentes Cathy, et le monde qui gravitait autour de nous pour nous adresser ses félicitations, je n’ai pas eu d’autre choix que de lui demander de préciser laquelle ! Elle m’a dit : « Cathy de la banque ». Alors les rouages se sont mis en marche, ça grinçait mais ça fonctionnait, parce que quelques secondes plus tard j’ai pu lui répondre : « ah, vous êtes Mme R ! Elle m’a parlé de vous ! » OUF, j’avais non seulement écouté ce qu’on m’avait dit, mais en plus j’avais retenu, pour le ressortir à bon escient. Ce qui je vous l’avoue, en ce moment, n’est pas ma plus grande qualité. J’ai vraiment le cerveau en vrac, mais c’est un autre sujet. Donc oui, c’était bien elle. On a discuté un petit peu, elle m’a dit qu’elle viendrait à la soirée dédicace de mon bouquin en novembre, j’ai noté ça dans un coin de ma tête, mais franchement, avec le monde qui m’a parlé ce soir-là, j’étais complètement dans le brouillard. Un brouillard rose bonbon, plein de sympathie, de gentilles paroles et de beaux sourires, un brouillard un peu comme les nuages des bisounours, mais il n’en aura pas fallu plus pour que je me disperse. Je pense que j’ai eu un petit sursaut de lucidité parce que j’ai raconté à Caticorn notre échange, et puis… je suis passée à autre chose.

Ensuite, je n’ai plus vraiment eu le temps d’y repenser, parce que j’ai vécu une période très intense, que je vous raconterai un peu plus tard, et puis est arrivé LE jour de la dédicace, c’était le 5 novembre 2017.

Pour vous situer un peu l’ambiance survoltée dans laquelle je me trouvais, il faut que je vous dise que la dédicace se passait à Mulhouse, librairie Bisey, tout près de chez moi, et donc je savais qu’un grand nombre des personnes présentes ce jour-là seraient des gens que je connaissais, de près ou de loin, ou qui me connaissaient, et je crois que c’est un public bien plus intimidant que celui rempli d’anonymes. Et puis il y avait ma famille. Mes filles…

Avant de partir, j’ai tenté de faire une sieste, parce que quand même, il fallait que je sois en forme. Hahaha la blague… J’ai passé plus de temps dans la salle de bain que jamais, j’étais tellement nerveuse que je me suis changée 3 fois, j’ai demandé à mes filles 36 fois si ma tenue allait, j’ai changé d’avis tout autant de fois… J’ai vraiment fait ma diva sur ce coup-là… quelle affaire !!!

Avant de partir, j’entendais ma marraine comploter dans mon dos avec mon mari. Je me disais que peut-être il allait me faire la surprise de venir lui aussi ? Je lui avais dit d’aller au rugby, que je ferais d’autres soirées, et qu’en prime il m’avait déjà accompagnée lors d’une conférence… Mais comme j’adore les surprises, j’ai bouché mes oreilles, et je suis sortie.

Arrivée à la librairie, très en avance tellement j’avais peur d’être en retard, franchement, j’étais super impressionnée. Luc m’a accueillie chaleureusement, j’avais un chouette endroit pour intervenir. Une petite salle très agréable, où on m’avait installé une table remplie de mes livres (alors ça, vraiment, ça fait tout drôle), deux micros… Un pour moi et un pour Muriel, mon amie éditrice, qui m’a fait l’immense plaisir de venir animer le débat discussion à propos du livre. De l’eau avec deux verres pour ne pas nous dessécher (mais je n’ai jamais trouvé le moment où je pouvais boire, c’est là qu’on reconnait l’amateur que je suis…). Et face à moi, des bancs, des chaises, et très vite pleins de visages avenants qui s’installaient pour participer à cet évènement qui pour moi revêtait quelque chose d’exceptionnellement incroyable, de terriblement fascinant, de complètement fou… Non mais vous imaginez l’aventure ? Tout ça parce que j’ai eu un cancer ? Sans dec… C’est pas un peu dingue ???

Luc a dit que si les gens voulaient une dédicace avant que ça commence, j’avais le droit de signer des lires déjà, alors j’ai commencé à mettre des petits mots sur la couverture de mon livre. J’étais bien absorbée par la tâche, alors quand Marie-Christine est arrivée, je me suis levée pour la saluer, mais je n’ai absolument pas pris attention à ce qu’elle avait apporté avec elle. Je lui dis bonjour, et la voilà qui me dit quelque chose du genre : « J’ai été très touchée par votre histoire, par votre blog, et pas le spectacle que vous avez organisé en septembre. J’ai trouvé ça super et la tortue que vous avez reçue à la fin est vraiment magnifique. Mais moi, j’ai pensé que vous méritiez quand même mieux qu’une fausse tortue, alors voilà ce que je vous ai apporté ». Et là, elle me tend un genre de caisse à chat mais en plus petit, avec tapies au fond sur du papier journal… 2 tortues !!! Je pense que mon petit cerveau déjà un peu saturé n’a pas compris tout à fait ce qui se passait. J’ai demandé un peu bêtement : « euh… c’est quoi ? » Oui bon, c’était vraiment très bête, bien évidemment que c’était un couple de tortues, mais ce que je voulais dire par là, c’était plus un truc comme : « euh, qu’est ce que des tortues font là, dans une librairie ? Que veut dire le « vous méritez mieux », est ce que ça veut dire qu’il faut que j’achète des tortues ? Vous êtes bien en train de me montrer les vôtres là, ce que je trouve déjà très original, mais elles sont à vous et vous allez les reprendre à la fin ? Comment ça c’est pour moi, mais… ce sont des VRAIES TORTUES !!! Mon Dieu que va dire Mika ??? » Et là, alors que je devais bredouiller des choses incompréhensibles, et passer par toutes les couleurs de la blémitude, ma marraine (purée heureusement qu’elle était là !!!), m’a dit : « t’inquiète pas, je suis au courant, et Mika est aussi au courant ». Et hop, les pièces du puzzle qui se mettent en place, les cachoteries derrière mon dos, c’était donc ça ! Mon mari est au courant, c’est juste ce qu’il fallait me dire pour me détendre. Parce que toute lente que fonctionne ma comprenette, j’ai vu instantanément la tête à Mika si j’étais rentré avec des tortues sans qu’il le sache, s’imposer à mon esprit. Ben sûr, un attroupement s’est vite formé autour de nous. Monsieur Bisey en personne est venu voir ce qui se passait. Pour sûr, il n’avait jamais eu un public pareil en sa librairie ! Et pour sûr, Marie-Christine me devait une explication qui devrait attendre.

Alors j’ai donné la caisse à mes enfants pour qu’elles veillent dessus, j’ai rassemblé ce qui me restait de concentration, et nous avons pu démarrer la discussion.

A la fin, Marie-Christine a demandé à prendre la parole, et nous a un peu parlé de son parcours. Elle a commencé en expliquant qu’elle n’était pas une oratrice née, et pourtant, elle a ému chaque personne présente dans l’assemblée. Elle ne pensait pas je le suppose, à quel point elle saurait par ses mots, toucher le cœur de l’assemblée. Mais moi, Marie-Christine, je peux vous le dire. Votre parcours si difficile, votre rage de vivre, votre courage, votre engagement corps et âme dans ce que vous entreprenez,  et cette gentillesse, … vous avez tapé dans le mille. Moi la première, je vous suis reconnaissante. Et pas seulement pour ces deux superbes tortues qui désormais partagent notre vie, mais aussi et surtout pour votre témoignage.

Marie-Christine, je veux vous dire merci. Je voudrais aussi vous dire que Mojito et Salsa sont en pleine forme. Nous leur avons installé un chouette environnement, elles sont allées chez le vétérinaire pour vérifier qu’elles allaient bien, et c’est effectivement un mâle et une femelle. Ce printemps nous leur aménagerons un magnifique enclos dehors pour qu’elles puissent vivre une vraie vie de tortue.

Et je veux vous dire merci, parce que vos encouragements dans l’action que je mène dans la lutte contre le cancer comptent beaucoup pour moi.

Je voudrais vous dire que je vous suis reconnaissante de promouvoir mon livre, qui est destiné à nos frères et sœurs de combat. Grâce à vous, il a déjà fait du chemin !

Je voudrais vous dire combien moi aussi je vous admire.

Je voudrais vous dire que je suis fière de vous connaître.

Je voudrais qu’on aille boire un café et manger une patate avec Caticorn pour que vous me racontiez toute cette fabuleuse histoire de tortues !

Et je voudrais que tout le monde sache quelle personne formidable vous êtes.

Chers lecteurs, chères lectrices, vous connaissez à présent à la fois Marie-Christine, et la drôle d’histoire de l’arrivée de Sala et Mojito. J’espère que cet épisode de ma vie vous aura fait sourire, moi j’en garderai éternellement un magnifique souvenir !

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

tatamf 23/11/2017 20:20

Quelle belle et touchante histoire. Ce couple de tortue est arrivé dans une maison d'Amour où sans aucun doute elles vont être choyées ....

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog